Avec l’accroissement des délais de paiement, le besoin en fonds de roulement (BFR) prend une place centrale dans la stratégie des entreprises. Concrètement, cet indicateur représente le besoin en trésorerie nécessaire pour que l’entreprise puisse financer son activité. Mais attention, cela n’implique pas forcément d’avoir beaucoup d’argent en caisse. Infolegale vous propose quelques éléments de compréhension.

Qu’est-ce que le besoin en fonds de roulement ?

Que vous soyez dans le secteur de l’industrie, du commerce ou des services, vous disposez de fonds de roulement. Ceux-ci sont déterminés par vos capitaux disponibles et les dépenses qui sont prévues.

Petite précision lexicale : si les fonds de roulement constituent les ressources dont vous disposez pour financer votre activité, le besoin en fonds de roulement (BFR) représente la liquidité dont vous avez besoin pour la mettre en œuvre.

Par conséquent, le besoin en fonds de roulement est ce dont vous avez besoin pour faire fonctionner votre entreprise au quotidien.

Ainsi, il se calcule ainsi :

BFR = actifs circulants (stocks moyens + crédit clients) – passif circulant (crédit fournisseurs)

Besoin en fonds de roulement négatif, positif ou nul : comment réagir ?

Tout d’abord, le besoin en fonds de roulement est un indicateur du cycle d’exploitation des entreprises. A chaque typologie d’entreprise correspond un BFR.

Si le BFR est négatif, cela veut dire que celui-ci représente une ressource financière pour votre entreprise. Au contraire, s’il est positif, l’exploitation de votre entreprise coûte plus que les ressources engrangées à l’instant T. Votre entreprise doit alors financer son fonctionnement soit par son fond de roulement, soit par des dettes à court terme auprès d’organismes bancaires.

Néanmoins, dans certains secteurs le BFR est nécessairement élevé. C’est notamment le cas dans les secteurs où l’achat de marchandises est une part importante du cycle d’exploitation : les entreprises industrielles par exemple. Dans ce contexte, le besoin en fonds de roulement sert essentiellement à couvrir le montant en trésorerie nécessaire pour financer le décalage entre le paiement des fournisseurs et l’encaissement provenant de la vente des produits.

Par exemple, voici un cas de figure où l’entreprise paye ses fournisseurs avant d’avoir vendu sa marchandise :

besoin en fonds de roulement_schéma

Dans d’autres cas, le BFR est négatif. En effet, il arrive fréquemment que des entreprises payent leurs fournisseurs une fois la marchandise vendue (ce qui peut intervenir plusieurs semaines après cette vente). C’est notamment le cas dans le secteur de la grande distribution et de la restauration.

Besoin en fonds de roulement et crédit management :

Si on devait procéder à une analogie, on pourrait comparer le besoin en fonds de roulement à une caisse de survie : elle doit à la fois couvrir les besoins du quotidien de votre entreprise et servir à vous alimenter en cas de coup dur.

Ainsi, le besoin en fonds de roulement est donc un indicateur très prisé par le crédit manager dont le rôle est justement de gérer au quotidien les actifs et le poste client.

D’ailleurs, alors que les délais de paiement se maintiennent depuis des années à un niveau élevé (en 2015, le solde commercial se dégrade encore pour atteindre 12 jours de chiffre d’affaires), les entreprises doivent optimiser leur gestion du BFR. Pour cela, le crédit manager est dans l’obligation de réguler son cash-flow en réduisant les stocks et son poste clients tout en obtenant d’avantage de financement des fournisseurs (cash-flow : comment optimiser vos flux de trésorerie ?).

Dans ces conditions, il devient primordial de mieux connaître vos clients pour contrôler leur solvabilité (solvabilité des entreprises : pourquoi et comment la vérifier). En effet, l’optimisation du BFR dépend aussi de votre capacité à anticiper les coups durs : les impayés figurant certainement en tête de ces derniers (qu’est-ce que le risque crédit et comment le réduire ?).

Ensuite, vous devez faire en sorte de réduire au maximum vos délais d’encaissement en optimisant notamment vos délais de livraison et de facturation (cash-flow : comment optimiser vos flux de trésorerie ?).

Dernier point, il est essentiel de négocier des conditions de paiement auprès de vos fournisseurs pour vous faire payer le plus rapidement possible (éviter les retards de paiement en 7 étapes).

Ainsi, en optimisant au quotidien votre BFR, vous gagnerez en marge de manœuvre. Cela vous permettra d’orienter vos dépenses de trésorerie à des fins véritablement utiles plutôt que de la consacrer uniquement à votre poste clients et vos stocks.

Pour en savoir plus : Optimiser la trésorerie de l’entreprise : comment faire ?