Pourquoi il ne faut pas sous-estimer le choix de votre fournisseur d’information sur les entreprises ?

Aussi surprenant que cela puisse paraître, nous sommes parfois amenés à rencontrer des credit managers qui semblent sous-estimer l’importance du choix de leur fournisseur d’information sur les entreprises. Infolegale vous explique pourquoi il s’agit d’une étape à ne pas négliger.

Des informations essentielles à la gestion du poste clients

Tout d’abord, précisons que les credit managers ont bien entendu conscience de la nécessité d’obtenir de l’information sur leurs clients notamment pour effectuer les vérifications d’usage en matière :

  • D’identité: afin d’être en possession des bonnes informations sur leurs clients. Cela peut par exemple éviter d’envoyer la marchandise ou la facture au mauvais endroit.
  • De solvabilité : pour identifier les clients à risque et éviter le cas échéant les impayés.
  • De réputation : notamment pour les diligences à réaliser dans le cadre de la conformité (Loi dite "Sapin 2", lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, etc.)

Ces informations prennent diverses formes (des éléments financiers aux alertes sur les événements légaux) tout en permettant de dématérialiser et fluidifier des procédures autrefois complexes.

Les indicateurs de solvabilité pertinents sont d’ailleurs désormais également fournis par les sociétés d’information sous la forme d’un score de solvabilité dont l’avantage est qu’il synthétise l’ensemble des données disponibles sur les entreprises en vue d’identifier les risques de défaillances.

Néanmoins, malgré cette importance, certains credit managers sous-estiment l’importance du choix de leur fournisseur d’information.

L’information légale au cœur de la connaissance client

L’information sur les entreprises repose en partie sur des sources publiques (BODACC, RNCS, Base Sirene, bilans publiés…), ce qui simplifie de prime abord son accessibilité mais pas forcément son interprétation…

Concrètement, à chaque étape de la vie des entreprises correspondent des informations diffusées dans les sources publiques : formalités administratives, documents officiels, publicités légales, jugements, contentieux… elles-mêmes disponibles historiquement par le biais de licences onéreuses accessibles aux professionnels de l’information (nous reviendront sur l’open data plus loin).

Les sociétés d’information agrègent cette information en la rendant exploitable sous forme de bases de données ou "d’informations push" de type alertes.

Des sources multiples, une expertise métier nécessaire à leur interprétation

Cette situation a parfois fait présumer à tort à la profession que les sociétés spécialisées dans l’information sur les entreprises étaient de simples intermédiaires de bases de données publiques. Adhérer à ce postulat serait négliger l’expertise métier nécessaire reposant sur une connaissance approfondie des sources d’informations disponibles.

D’ailleurs, l’information financière est une denrée qui se raréfie : moins de 7% des entités selon l’INSEE publient leurs comptes sans option de confidentialité (étude réalisée par Infolegale sur les 8,5 millions d’entités selon l’INSEE en 2017).

Dans une étude récente, le département des études d’Infolegale prévoit même que la proportion de bilans déposés avec une option de confidentialité partielle ou totale atteindra la barre des 60% en 2019.

Ensuite, sans même évoquer la nécessaire phase de mise en qualité des données publiques, l’expertise métier de sociétés telles qu’Infolegale repose surtout sur leur capacité à interpréter ces données. Sur ce plan, l’expertise d’Infolegale est reconnue et s’appuie sur son aptitude à identifier la présence de signaux faibles, moyens ou forts aussi bien dans :

  • Les sources publiques
  • Ou par le biais de ses propres moyens de production: Journaux d’Annonces Légales ou autres sources exclusives collectées par Infolegale.

Chacune de ces sources ayant une fonction très différente suivant les usages. Par exemple, l’information légale est la donnée de référence pour son opposabilité. D’autres sources (enquête, web, presse, collaboratif) ont pour vertu de fournir une information parfois stratégique indisponible par ailleurs.

Enfin, vient la phase la plus importante : l’interprétation de ces signaux et leur retranscription en risque de solvabilité à court, moyen ou long terme.

Ainsi, la valeur ajoutée de sociétés d’Information comme Infolegale repose sur leur capacité à croiser plusieurs signaux faibles permettant d’identifier un risque de solvabilité à court, moyen et long terme.

Un contexte particulier : l’open data

Ce panorama sur les sources d’information a l’avantage d’illustrer 2 enjeux métier. L’information sur les entreprises n’a d’intérêt que si elle répond à ces 2 enjeux :

  • Une phase de vérification et de mise en qualité est toujours nécessaire, y compris pour les informations légales
  • Une information doit être qualifiée et interprétée pour être utile

Reste que le contexte demeure particulier : l’ouverture des données publiques (open data) permet en théorie de rendre accessible certaines informations légales, notamment celles de la base Sirene. Si une mise en qualité de vos données en intégrant directement les bases de données publiques peut sembler une solution économique, ce processus s’avère bien plus complexe qu’il n’y paraît.

En effet, la collecte, la vérification, la mise en qualité et l’intégration de données, même mises à disposition gratuitement par les services publics, exigent des compétences techniques en interne ainsi que beaucoup de temps pour vérifier et mettre en conformité ces données.

D’autant que, à partir du 30 avril 2019, l’INSEE va faire évoluer les formats de données accessibles en open data un peu plus de deux ans après leur mise en ligne gratuite. Si ces modifications permettront à terme l’accès à un référentiel historisé, cette évolution majeure n’est pas indolore pour les DSI qui vont être dans l’obligation de modifier en profondeur leur modèle décisionnel (format, cohérence, mise à jour…).

Comparez vos sources d’information

Nous avons vu que les fournisseurs d’information disposaient d’une expertise métier et de spécificités parfois exclusives. Il semble donc nécessaire de choisir votre prestataire en information sur les entreprises avec soin.

Prenons un exemple précis : certaines formes juridiques comme les entrepreneurs individuels ne sont pas tenues de publier leurs comptes. Il s’agit d’une problématique très courante dans le secteur du bâtiment par exemple. Ce qui signifie que si vous souhaitez vous renseigner sur la solvabilité de ces derniers, il est nécessaire de procéder autrement.

Infolegale est reconnu sur le marché pour avoir développé une expertise dans ce domaine en collectant et interprétant l’ensemble des annonces légales publiées dans les JAL. Celles-ci fourmillent d’informations discriminantes permettant de passer outre l’absence d’information financière.

En d’autres termes, si votre portefeuille de clients comporte une forte proportion d’entrepreneurs individuels, il s’avère peu judicieux de privilégier la donnée bilancielle et un prestataire comme Infolegale peut vous apporter d’autres typologies d’informations tout aussi pertinentes.

N’hésitez pas à pratiquer un benchmark approfondi des fournisseurs d’information en vous focalisant sur votre besoin métier tout en vous appuyant sur les informations disponibles sur le marché.

A retenir :

  • Les credit managers recherchent des informations sur leurs clients (d’identité, de réputation et de solvabilité).
  • L’information sur les entreprises repose en partie sur des sources publiques (open data ou licences publiques) et privées (produites en interne).
  • L’expertise métier repose sur une connaissance approfondie des sources d’informations disponibles et de la capacité à les mettre en qualité.
  • Malgré l’ouverture des données publiques, cette expertise métier demeure indispensable.
  • Votre fournisseur d’information, tout comme votre besoin métier, possède des spécificités : il est peut-être temps de vérifier s’ils sont en corrélation.

 

Anticipez les défaillances des entreprises avec la solution de gestion des risques Infolegale

Commentaires