• Home
  • Blog - Infolegale
  • Évaluer la santé financière d’une entreprise et définir des alertes de solvabilité

Évaluer la santé financière d’une entreprise et définir des alertes de solvabilité

Avant de nouer une nouvelle relation d’affaires avec un partenaire commercial il est indispensable de s'intéresser à sa santé financière pour établir une relation de confiance. Mais, comment savoir si une entreprise est fiable ?

Le niveau de trésorerie : connaître la solvabilité de l'entreprise


Le niveau de trésorerie est un indicateur clé de la solvabilité de l'entreprise. Il permet en effet à la TPE, à la PME ou au grand groupe de régler ses dettes avec ses différentes ressources et dans les délais de paiement convenus.

Pour rappel, au moins ¼ des entreprises vont en cessation de paiements à cause d’un problème de trésorerie et non à cause d'un problème de résultat.
Pour calculer ce niveau de trésorerie, il ne suffit pas de regarder les sommes à disposition de l'entreprise. En effet, il faut avoir connaissance de toutes les ressources mobilisables et additionner les actifs, les stocks et les créances, puis vérifier si cette somme est supérieure aux dettes de l’entreprise. Aussi, pour établir
un rapport de solvabilité, un spécialiste va s'intéresser au fonds de foulement (FR), c'est-à-dire au surplus du financement sur le long terme et au besoin en fonds de roulement (BFR), c'est-à-dire à la trésorerie nécessaire pour assurer le fonctionnement au quotidien de la société.

Croissance du chiffre d'affaires et des bénéfices : connaître la rentabilité de l'entreprise

Un chiffre d'affaires en augmentation régulière est un indicateur de la bonne santé financière de l'entreprise. Cette augmentation prouve, en effet, que celle-ci a la capacité de conquérir de nouveaux marchés.
Mais cette croissance du chiffre d'affaires doit être accompagnée d'une croissance des bénéfices. Si ce n'est pas le cas, il s'agit d'une véritable alerte sur la solvabilité car cet indicateur est plus important que le CA puisqu’il synthétise les éléments présents dans le compte de résultat. En effet, cela signifie que l'entreprise n'a pas la capacité à dégager des liquidités supplémentaires, malgré une hausse des charges liées à la hausse du CA. Sa pérennité à long terme est alors en jeu.
La rentabilité de l'entreprise se calcule ainsi simplement en effectuant un ratio entre son chiffre d'affaires et ses résultats. Mais ce ratio de rentabilité doit être rapproché des performances des autres entreprises du secteur. Ainsi, s'il est nettement inférieur, cela dénote souvent des problèmes de gestion.

Le ratio d'endettement : une alerte de solvabilité

Le ratio d'endettement d'une entreprise est un pourcentage calculé en faisant un rapport entre ses capitaux propres et ses dettes (dettes bancaires, dettes en comptes courants d’associé, etc.). Il mesure ainsi le niveau de dépense de l'entreprise par rapport à ses fonds propres. Les informations permettant de calculer le ratio d'endettement se trouvent dans le bilan de l'entreprise.
Le ratio d'endettement général se calcule en appliquant la formule dettes globales/capitaux propres x 100. Le ratio d'endettement financier est également parfois calculé pour déterminer la bonne santé financière de l'entreprise, selon la formule dettes financières / capitaux propres x 100.
Un ratio inférieur à 100% signifie que l'entreprise a la capacité de souscrire un emprunt. Mais un ratio très faible peut également indiquer qu'elle n'investit pas assez. En revanche, un ratio supérieur à 200% constitue une alerte sur la solvabilité. Ses frais financiers fixes impactent, en effet, sa rentabilité. Et, elle va être dans l'impossibilité d'emprunter pour augmenter ses capitaux propres. Cependant, un ratio d'endettement élevé est acceptable de manière ponctuelle, lors d'un événement exceptionnel récent, comme le rachat d'une nouvelle entreprise ou des acquisitions importantes de nouveaux matériels.

Le Kbis : des informations utiles sur la santé financière

Dans les relations d'affaires, il est d'usage de demander un extrait Kbis daté de moins de 3 mois. Et, en effet, ce document officiel émis par le Registre du commerce et des sociétés (RCS) donne des informations intéressantes sur une société commerciale. Il mentionne ainsi le montant du capital social, c'est-à-dire la somme apportée par les associés ou les actionnaires. Dans de nombreux cas, comme lors de l'ouverture d'une Sarl, le montant minimal est fixé à 1 €. Mais, ce capital peut être augmenté ou diminué au cours de la vie de l'entreprise. Or, le capital social peut servir de garantie aux débiteurs en cas d'impayés. De plus, pour les sociétés récentes, il faut savoir que leur pérennité croit avec les moyens financiers mobilisés pour leur démarrage.
Autre point d'attention sur le Kbis, la mention des procédures en cours. En effet, ce document mentionne les éventuelles décisions prises par les tribunaux de commerce, c'est-à-dire les redressements judiciaires, les liquidations judiciaires et les plans de sauvegarde.

Aucun indicateur ne permet à lui seul de connaître la fiabilité d’une entreprise. En revanche, la combinaison de plusieurs informations légales, financières et capitalistiques permet d’évaluer plus précisément la santé financière d’une entreprise. Un spécialiste du renseignement commercial, comme
Infolegale, donne un aperçu des ratios de solvabilité et se charge de les interpréter au travers du Score Infolegale, un score de solvabilité hautement prédictif même lorsque l’information financière est manquante ou obsolète. Enfin, un service tel que le Scor@lerte permet de recevoir une alerte de solvabilité et de suivre au quotidien l'évolution du score de solvabilité de l'ensemble de ses relations d'affaires ou seulement certaines d'entre elles selon ses préférences.

Commentaires